Comment ça se passe ?


Dans une psychothérapie, la définition et la tenue du cadre de travail sont essentielles. Elles permettent de poser des limites claires et sécurisantes pour le client et pour le thérapeute. La psychothérapie offre la possibilité de se dévoiler, mais doit permettre de le faire en toute sécurité :

La confidentialité sur l’identité des clients et sur le contenu des séances est absolue.

Il ne doit exister aucun lien de pouvoir ou d’emprise affective entre le thérapeute et le client.

Tout passage à l’acte, en particulier d’ordre violent ou sexuel, est strictement interdit.

Le thérapeute n’est pas un éducateur, encore moins un moraliste. Il ne porte pas de jugement sur la vie et le comportement de son client. Les conventions et convenances sociales et morales qui ont cours dans la vie courante n’ont pas leur place en thérapie.

Le thérapeute ne construit pas de projet pour et à la place de son client. Très souvent, le client souffre d’avoir été trop longtemps prisonnier de l'attente des autres, ses parents, son conjoint, la société…. Si le thérapeute se met lui aussi à "vouloir son bien", à vouloir qu'il change, évolue, guérisse, il l’enferme au lieu de le libérer, il prolonge l'engrenage déjà en place.


La durée de la thérapie

Dans le cadre d’une psychothérapie relationnelle, il n’est pas possible ni souhaitable de définir une durée à priori. Ce travail peut aller de quelques semaines à quelques années, en fonction des raisons qui amènent la personne en thérapie, en fonction de sa personnalité, de ses objectifs, de son engagement dans la démarche et de l’avancée du travail qui est par nature imprévisible.

L’efficacité d’une thérapie, sa profondeur, ne sont pas directement liées à sa durée, mais plutôt à la confiance et à la qualité de la relation qui s’établit entre le thérapeute et son client.

Le client a l’entière liberté de mettre fin à sa thérapie lorsqu’il le souhaite. Les raisons de ce choix peuvent être travaillées en séance. Dans le souci de prendre soin de la relation établie et de ne pas invalider le travail effectué, l’arrêt de la thérapie donnera lieu à une séance de séparation.

Le client a également le choix d’interrompre sa thérapie temporairement et de la reprendre par la suite, soit en continu, soit pour des séances ponctuelles.

Dans la mesure où la gestalt-thérapie met en avant les notions de responsabilité et « d’ajustement créateur », il me semble essentiel de reconnaître à chacun sa liberté de choix, y compris sur la forme et la durée de son engagement.


Les modalités pratiques que j’applique – ces modalités varient suivant les thérapeutes

Le rendez-vous pour un premier entretien  se prend par téléphone au 06 12 48 71 21. Cette première rencontre dure entre 30 et 45mn, elle ne donne pas lieu à un paiement.

En début de thérapie, les séances sont en principe hebdomadaires. La thérapie agit entre les séances ; il est donc recommandé qu’elles ne soient pas trop espacées. Toutefois, cette fréquence pourra être modifiée d’un commun accord au fur et à mesure de l’avancée du travail.

Les séances hebdomadaires durent entre 45 et 60mn, les séances de thérapie de couple environ 75mn.

Le prix des séances varie d’un praticien à l’autre. Mon tarif est actuellement de 75 euros pour les séances individuelles, de 100 euros pour les séances de thérapie de couple. Le coût d’une thérapie en cabinet libéral n’est pas pris en charge par la Sécurité Sociale. En cas de difficultés financières avérées, un aménagement de tarif est envisageable. Les conditions financières seront fixées lors du premier entretien.

Le paiement est effectué à la fin de chaque séance, par chèque ou en espèces.

Une séance décommandée par le client moins de 48h à l’avance sera remplacée dans la même semaine ou sera due.

Pour les clients mineurs, le cadre de travail sera défini en accord avec les parents ou leurs représentants. Une participation financière symbolique sera demandée au client mineur, afin d’assurer son propre engagement dans la démarche.